Aider les entrepreneurs humains Ă  impacter le monde

Mon 1e podcast 🎧 – Comment la maladie m’a fait passer de salariĂ© Ă  entrepreneur

La maladie est parfois un révélateur de qui nous sommes vraiment et du désalignement entre ce que notre ùme souhaite nous dire et ce que nous croyons bon pour nous. Nous avons tous hérité des schémas mentaux de notre entourage, de la société, de notre éducation,...
Dans ce podcast, je vous livre avec sincérité et sans tabous une des périodes les plus difficiles de ma vie, qui m'a fait basculer de salarié recherchant l'argent, le pouvoir et la gloire à entrepreneur sans expérience cherchant à inspirer les gens et à les éveiller à une alimentation saine et qui leur procure de la joie.

Écouter le podcast

1. Mes dĂ©buts dans l’entrepreneuriat

Alors quand j'ai commencĂ© l'entrepreneuriat, honnĂȘtement, j'Ă©tais vraiment pas le gars sur qui vous auriez misĂ©. Je viens d'un milieu assez standard. On Ă©tait aisĂ©s mais pas forcĂ©ment riche, Ă©duquĂ© dans une Ă©ducation catholique plus ou moins. Bon, fais ce que tu veux. Et on avait vraiment la mentalitĂ© de salariĂ©. VoilĂ . Mon pĂšre Ă©tait mĂ©decin libĂ©ral, mais c'Ă©tait vraiment travailles Ă  l'Ă©cole, tu feras un bon job, tu seras tranquille. VoilĂ . Donc rien, vraiment, ne me prĂ©destinait Ă  ĂȘtre entrepreneur. Alors qu'est ce qui a fait que du jour au lendemain, j'ai basculĂ© dans l'entrepreneuriat?

2. Quand le corps dĂ©missionne, l’apparition de la maladie

C'est tout simplement que j'ai un jour eu des symptÎmes physiques assez violents qui m'ont rappelé qu'en fait, j'étais vraiment pas aligné avec qui j'étais. Du jour au lendemain, alors que j'avais un bon job, une belle voiture, j'étais bien quoi, Je veux dire une belle nana. Enfin tout allait bien. Enfin je croyais que tout allait bien finalement. Et mon corps me prouvait par A plus B que pas du tout en fait.

Et pour le coup, j'ai vu pas mal de mĂ©decins et aucun des mĂ©decins n'a su me dire ce que j'avais. C'est Ă  dire que je suis allĂ© voir les meilleurs neurochirurgiens Ă  l'hĂŽpital PiĂ©tĂ© SalpĂȘtriĂšre de Paris. Personne n'a rĂ©ussi Ă  me dire mais voilĂ , vous avez ça. Et du coup, au bout d'un moment, je commençais Ă  ĂȘtre un peu dĂ©sespĂ©rĂ© et je me disais: « mais je vais quand mĂȘme pas rester avec ça toute ma vie Â».

J’en Ă©tais arrivĂ© Ă  un point oĂč je pouvais plus tenir ma tasse plus de cinq secondes sans avoir de lancĂ©es dans les nerfs quoi.

3. Ma premiĂšre rencontre spirituelle

Je dis non, lĂ , il faut vraiment que je trouve une solution. Et en fait, la solution s'est imposĂ©e Ă  moi. Finalement, elle est arrivĂ©e de maniĂšre toute bĂȘte. Un jour, je discutais avec une amie qui avait fait un burn out et qui avait complĂštement changĂ© de vie, mais alors complĂštement.

C'est Ă  dire que c'est une fille quand elle Ă©tait arrivĂ©e dans le bureau, parce qu'Ă  l'Ă©poque je travaillais en open space, j'Ă©tais responsable commercial dans une trĂšs grosse boite et euh cette fille en fait, je me rappelle de la premiĂšre impression que j'ai eu quand je l'ai vue. Elle Ă©tait mais rayonnante. Elle est arrivĂ©e vraiment comme un rayon de soleil. Elle a commencĂ© Ă  mettre ses petites images zen autour d'elle, dans son petit bureau, et la maniĂšre dont elle parlait
elle Ă©tait vraiment bienveillante. 

Et j'avais pas du tout l'habitude de rencontrer ce profil de personne et j'Ă©tais spontanĂ©ment attirĂ© par elle. Pas du tout physiquement, mais plus par qui elle Ă©tait. Et on a nouĂ© des liens. Et en fait, un jour elle m'a dit: "Mais tu sais, moi je te conseillerais d'avoir d'aller voir telle personne". Et il s'avĂ©rait que c'Ă©tait un ostĂ©opathe et moi je n'avais jamais entendu parler d'ostĂ©opathie. Je me suis dit pourquoi pas, si ça m'aide au moins Ă  faire quelque chose. Elle m'a dit oui, tu verras, il est pas mal. 

4. Le thérapeute qui a changé ma vie

Et en fait, ce qui s'est passĂ© c'est que je suis allĂ© voir cet ostĂ©opathe. Et cet ostĂ©opathe a fait un truc incroyable que je ne pensais pas possible. C'est Ă  dire que j’ai - pour vous re-situer le contexte, on parle d'un mec ingĂ©nieur cartĂ©sien de naissance, Ă  part les maths et la physique, pour moi, tout ce qui ne s'expliquait pas n'existait pas - et lĂ , j'arrive chez un mec, qui, en toute dĂ©tente me dit: "bien allongez vous si ça fait mal, vous pouvez crier, y a personne Ă  cĂŽtĂ©".

Donc je m'allonge. Effectivement, ça a fait un peu mal et Ă  la fin il me regarde droit dans les yeux avec un air un peu bienveillant et amusĂ© en mĂȘme temps en me disant: "Mais voilĂ , c'est fait". Je dis comment ça s'est fait? Eh bien, j'ai rĂ©Ă©quilibrĂ© vos flux Ă©nergĂ©tiques. Et lĂ , concrĂštement, si jamais vous ne changez pas ce qu'il y a dans votre mental, vous reviendrez me voir dans deux semaines. 

LĂ , dans ma tĂȘte, je me dis mais de quoi il me parle? Il me parle de flux Ă©nergĂ©tique. Pardon, mon pĂšre est mĂ©decin, on n'a jamais entendu parler de ça Ă  la maison. Donc dans ma tĂȘte je me dis bon, en tout cas, ça marche, tant mieux. Le soir mĂȘme, je pars avec mes potes faire une partie de poker. Tout va bien. 

Bon, il se trouve que c'est revenu. Du coup, deux semaines aprÚs, un peu penaud Toc toc toc. Ah vous revoilà! Petit air amusé de la part de l'ostéopathe. Il me re-manipule, ça repart.

5. L’ouverture Ă  la spiritualitĂ©, le dĂ©but d’une nouvelle vie

Et là je me dis bon, il va vraiment falloir changer quelque chose dans ma vie, c'est pas possible, c'est vraiment le signal. Et là, il s'est passé plusieurs trucs amusants. Alors le premier, ne me demandez pas pourquoi, je vois toujours pas comment, mais du jour au lendemain, je suis devenu végétarien.

Alors je suis surtout pas en train de dire que c'est c'est la voie vers plus de connaissance de soi et le changement de vie. Pas du tout, mais juste moi, je l'ai senti comme ça et il se trouve que j'avais pas mal de problĂšmes de digestion et d'intestins un peu sensibles depuis mon enfance. Et ben ça a tout rĂ©solu d'un coup, donc j'Ă©tais assez content de ça. J'ai quand mĂȘme perdu cinq kilos. Par contre, ça je tiens Ă  le dire, c'Ă©tait pas Ă©vident au dĂ©but Ă  assumer. Parce que je ne suis pas Ă©pais de base, donc quand j'ai perdu cinq kilos, ça se voyait quoi.

Et du coup, ça, ça a été la premiÚre étape. La deuxiÚme, c'est qu'en fait je ne vais pas mal de gens qui ont commencé à émerger sur mon chemin. J'ai pas mal de lectures qui me sont tombées entre les mains, des inspirations, des envies de faire de la méditation alors que je n'ai jamais médité de ma vie, pleins de choses comme ça qui ont commencé à arriver.

6. Prise de conscience suite à la maladie: je n’ai jamais choisi ma vie

Et là, je me suis dit mais en fait, la vie que tu as menée jusqu'à maintenant, tu l'as jamais choisie.

LĂ , je me suis assis, j'ai rĂ©flĂ©chi, je me suis dit en fait, tu as fonctionnĂ© par mimĂ©tisme. C'est Ă  dire que tu Ă©tais dans une des meilleures Ă©coles du Nord-Pas-de-Calais, tu as bossĂ© parce que tu voyais qu'il fallait bosser pour y arriver et tu n'aimes pas perdre, donc t'as bossĂ©. Ensuite, ben voilĂ , ton pĂšre Ă©tait mĂ©decin donc tu voulais ĂȘtre mĂ©decin en terminale.

Manque de bol, ou plutĂŽt chance, je ne sais pas, tu as eu un prof de biologie pourri, ce qui fait que bon, (dĂ©solĂ© pour le jugement de valeur, mais vraiment c'Ă©tait difficile avec celui lĂ , il Ă©tait mĂȘme interdit de correction au bac, donc disons qu'il ne me convenait pas, on va dire ça comme ça) et tant mieux. Je veux dire, du coup, ça m'a dĂ©goĂ»tĂ© de mĂ©decine et comme j'Ă©tais pas de mauvais en maths en physique, je me suis dit allez ingĂ©nieur, banco!

Au moins je ne sais pas quoi faire, mais j'aurai le choix. Donc on a encore reporté la décision de qu'est ce que je veux faire de ma vie? Et puis finalement sorti de mon école d'ingénieur, je savais toujours pas et donc j'ai fait une petite formation création d'entreprise la derniÚre année.

Mais voilà, je savais que je voulais un truc à moi, mais je ne savais pas de quoi, je ne sais pas dans quoi, je ne sais pas comment. Enfin bref, vraiment je fonctionnais vraiment en mode auto-pilote. Et c'est ça en fait qui a fait que je suis arrivé droit dans le mur. Là je vous parle, mais les études, j'ai terminé à 23 ans. Le problÚme que j'ai eu physique il est arrivé à 27-28. Donc non, pardon, 30 ans.

Donc en fait, concrÚtement, ben voilà, c'était c'était juste une page qui se tournait, c'était un nouveau cycle de ma vie et en fait un cycle que pour une fois j'allais choisir. Et je remercie aujourd'hui ce problÚme qui a duré six mois.

Parce que mĂȘme si j'ai eu le plus gros stress de ma vie suite Ă  ça, parce que Ă  un moment j'ai quand mĂȘme appelĂ© la pharmacovigilance pour vous dire bon bah les gars, bougez vous! Parce que moi, il n'y a aucun mĂ©decin qui sait ce que j'ai. Et on m'a dit oui oui, il y a 30 cas comme vous en France, on sait pas trop comment le gĂ©rer. En gros ça peut partir demain ou ça peut rester toute votre vie. Merci, au revoir.

Donc voilĂ , c'Ă©tait quand mĂȘme hyper stressant je dis pas, mais ça m'a quand mĂȘme rĂ©veillĂ© sur le fait que ben il est temps de choisir ta vie. En fait, il est temps de choisir ta vie. 

7. Naissance du projet de ma premiĂšre entreprise

Et là, vraiment, j'ai commencé à travailler comme un fou, c'est à dire que je rentrais du boulot, j'étais encore salarié dans cette grosse boßte là, commerciale et le soir, je tapais sur un nouveau projet en fait. Le nouveau projet, c'est simple, c'est que je m'étais rendu compte que, à chaque fois que je me déplaçais, je ne pouvais pas manger correctement étant végétarien et en plus, en limitant à fond les pesticides, bah je mangeais quasiment toujours bio.

Et lĂ , quand je me dĂ©plaçais, je voyais des McDo, KFC, Burger King, mais aucune chaĂźne saine. Et je me suis dit mais c'est quand mĂȘme dingue! L'alimentation, on sait aujourd'hui que c'est responsable quand mĂȘme de 50 % des cas de cancers. Et il y a personne qui s'est posĂ© la question de crĂ©er une chaĂźne saine Ă  l'international. Mais pourquoi en fait? Pourquoi? Une chaĂźne bio, ce serait juste gĂ©nial. 

Et du coup j'ai travaillé là dessus et le soir je rentrais, je taffais là dessus pendant trois ou 4 h aprÚs ma journée de boulot, je finissais à 19 h donc ça a fait des grosses journées, j'avoue. Et en fait, au bout de trois ou quatre mois comme ça, à faire une étude de marché, à aller bosser chez mes concurrents pour analyser leurs produits, à faire appel à des consultants dans le domaine.

8. Mes adieux au salariat

J’ai eu une rĂ©union avec mon boss que j'aimais beaucoup Ă  l'Ă©poque et je lui ai dit:"bon bah Ă©coute, t'embĂȘte pas pour la rĂ©union annuelle, honnĂȘtement, je vais partir", et voilĂ , j'ai signĂ© une rupture conventionnelle avec ma boite et je suis restĂ© fair avec eux parce qu'ils ont acceptĂ© la rupture.

Donc moi concrĂštement j'ai travaillĂ© comme un malade pour eux sur la fin. J'ai fait 130 % du chiffre donc ils Ă©taient assez contents et moi ça m'a permis d'avoir un petit matelas pour pouvoir me lancer dans mon nouvelle aventure entrepreneuriale et de commencer vraiment Ă  choisir ma vie.

9. L’entrepreneuriat, une voie vers la connaissance de soi

Et ça je vous le rĂ©serve je pense, pour un prochain Ă©pisode. Mais honnĂȘtement, l'entrepreneuriat a Ă©tĂ© pour moi le meilleur moyen d'accĂšs Ă  la connaissance de moi. C'est Ă  dire que je ne me connaissais pas du tout, je ne connaissais rien mes Ă©motions parce que j'avais. J'ai Ă©tĂ© Ă©duquĂ© par deux parents qui qui avaient Ă©normĂ©ment de qualitĂ©s mais pour qui la communication Ă©tait quand mĂȘme pas la plus grosse force quoi.

Et du coup, ben ça avait été trÚs compliqué pour moi, avec en plus un modÚle paternel trÚs renfermé sur lui, de savoir ce que je voulais et de me connecter tout simplement à mes émotions. Et l'entrepreneuriat en fait m'a ouvert une porte, mais incroyable parce que j'ai été soumis à du stress en permanence, à des tonnes de gens différents, certains bienveillants, certains beaucoup moins. J'ai rencontré maintenant aujourd'hui ma meilleure amie de tous les temps qui m'a énormément aidé sur le projet et qui l'a porté avec moi et qui est juste exceptionnelle en terme de spiritualité.

Enfin j'ai eu, j'ai eu vraiment Ă©normĂ©ment de chance sur ce parcours lĂ  et. Et ça, ça a fait vraiment l'objet d'un autre podcast sur lequel je vais vraiment essayer de vous dĂ©crire les diffĂ©rentes Ă©tapes qui m'ont amenĂ© Ă  devenir qui je suis aujourd'hui. 

Comment j'ai réussi à me connecter à mes émotions, à gérer mieux mon mental, à mettre en place des routines, à créer un business partie de rien, à faire mon premier euro à gérer le management, enfin et surtout au quotidien, à rester connecté à qui je suis et à quelque chose de plus grand quoi.

Vraiment, comment je me suis ouvert aussi à la spiritualité, comment j'ai voulu allier les deux, comment on est devenu une entreprise éthique qui avons réussi à travailler avec les plus gros. On a travaillé qu'Orange, avec le Figaro, avec BNP Paribas, on a bossé avec EDF, on était référencé chez eux, enfin on a vraiment réussi à en fait à faire de qui on était parce que mon associée, enfin la personne avec qui j'ai porté le projet, était vraiment, vraiment trÚs spirituelle et éthique.

Et les deux ensemble, en fait, on a crĂ©Ă© une synergie qui a permis, qui a tout simplement permis d'ĂȘtre alignĂ© avec nos valeurs et de le transmettre aux gens en fait.

Je pense qu'on a rĂ©ussi sur sur cette partie lĂ , sur l'alimentation et le bien ĂȘtre Ă  vraiment transmettre un message. Et je veux vraiment vous vous partager les outils et les clĂ©s qui m'ont Ă©normĂ©ment servi sur sur ce parcours et les rencontres et vraiment tout, tout ce qui s'est passĂ©, qui a permis vraiment d'en arriver Ă  ça.

10. Les crises existentielles de l’entrepreneur

Parce que je pense que c'est quelque chose qui est, quand on en saisit l'essence, qui est reproductible et qui permet aux gens non seulement de de plus s'aligner avec qui ils sont, mais surtout de se dĂ©culpabiliser de ne pas de ne pas ĂȘtre celui qu'ils croyaient ĂȘtre. 

Parce que ça aussi c'est important, on n'en parle pas assez. Beaucoup de fois je me suis, je me suis enfermĂ© seul en me disant mais merde, en fait j'avais un putain de job, j'allais pouvoir exploser les chiffres, j'allais ĂȘtre ceci cela... Maintenant je pars de rien, Je ne sais pas comment demain je vais me payer, je ne sais pas si ça va marcher, etc. Pourquoi je fais ça? 

Et c'est vrai qu'il y a beaucoup de crises existentielles quand on est dans l'entrepreneuriat. On n'en parle pas assez, mais ce n'est pas Ă©vident du jour au lendemain comme ça de se lancer. Nous, on n'avait pas un Ă©norme budget, on s'est lancĂ©, on n'Ă©tait pas genre avec 300 000 â‚Ź Ă  mettre sur la table, Ă  racheter un pas de porte. Non, on a dĂ» ruser. On a gagnĂ© un concours d'appel Ă  projet. On a rĂ©ussi comme ça Ă  avoir un local en plein centre de Paris Ă  un loyer dĂ©risoire parce qu'on Ă©tait en partenariat avec une entreprise Ă©thique.

Enfin, on s'est battu quoi. Je veux dire, ce n'est pas venu tout seul. Donc, il y a vraiment Ă©normĂ©ment d'outils que j'ai envie de vous partager. Alors faut ĂȘtre indulgent avec moi, c'est le premier podcast, peut ĂȘtre que les prochains seront un peu plus structurĂ©s. Et puis peut ĂȘtre qu'avec vos retours et vos commentaires, j'arriverais Ă  aborder des sujets qui vous touchent encore plus.

Mais voilà, j voulais déjà vous partager mon histoire, que vous sachiez pourquoi je fais ça. Et puis écoutez, j'aurais grand plaisir à discuter avec vous dans les prochains podcast. Je pense aussi que j'interviewerai - j'ai la chance d'avoir pas mal amis entrepreneurs dont certains connus - et je pense que je vais les faire venir aussi pour commencer un peu à partager leur histoire et partager des clés avec vous.

LĂ  honnĂȘtement, je pense que pour ce premier podcast c'est dĂ©jĂ  assez dense, mais n'hĂ©sitez pas si vous avez des commentaires ou des choses que vous voyez Ă  me Ă  me le mettre, je vais lire ça. 

Si vous avez aimĂ© ce podcast...aidez-moi Ă  le faire connaĂźtre 😊

Si vous avez trouvĂ© que ce podcast vous apporte des choses, n'hĂ©sitez vraiment pas Ă  mettre un petit commentaire sur Apple Podcasts: Laisser un commentaire - Apple Podcasts (vous devez ĂȘtre connectĂ© Ă  votre compte Apple, puis sous l'Ă©pisode, vous cliquez sur "RĂ©diger un avis" 🙂)

Moi ça m'aide beaucoup 😇, ça fait remonter le podcast et puis ça permet de le partager Ă  d'autres et peut ĂȘtre d'aider d'autres esprits libres qui sont dans la mĂȘme dĂ©marche. En tout cas, je vous dis merci Ă  tous.

Salut! C'Ă©tait Jeff Guiret pour le podcast des Esprits libres! 

Si vous avez aimĂ© ce contenu, vous ĂȘtes libre de le partager ! :)

2 rĂ©flexions au sujet de “Mon 1e podcast 🎧 – Comment la maladie m’a fait passer de salariĂ© Ă  entrepreneur”

  1. Bravo pour ton courage Jeff car c’est sur que la 1ere chose est la prise de conscience de notre « emprisonnement » et mal ĂȘtre mais ensuite il faut quand mĂȘme le courage de tout changer (ça peut ĂȘtre source d’angoisse aussi d’ailleurs….).
    Alors bravo Ă  toi, je suis admirative (surtout t’ayant connu dans la partie de vie Lilloise)
    Camille

    RĂ©pondre
    • Merci Camille.

      Ton retour fait plaisir Ă  lire.
      Effectivement, le passage Ă  l’action est nĂ©cessaire pour se transformer et passer de l’Ă©tat de mal ĂȘtre Ă  une nouvelle vie plus alignĂ©e.

      Au plaisir de te lire 😉,
      Jeff

      RĂ©pondre

Laisser un commentaire